Les nuits de Buenos Aires (version tango)

Publié le par shiva

Je me demandais pourquoi un copain disait etre tombe amoureux des nuits argentines. Maintenant, je sais...
:heart1


Hier soir, je suis donc partie - avec d'autres francais- dans les faubourgs de B.A. pour ecouter de vieux tangos.

 

 

 

 

L'endroit est inenarrable : effectivement identique depuis 60 ans (au moins!)... Un boui boui directement surgi de la grande epoque de Gardel. Pas du tout atteint par le marketing, la sous culture US, etc... Le tablier de la patronne doit dater de la meme epoque ;) et mieux vaut ne pas se demander d'ou sort l'espece de tord boyaux vendu comme tequila, et ne pas chercher de quelles vignes vient le soi disant vin. Pas bien grave : le tord boyaux tue les microbes, et on comprend vite que la biere a l'avantage d'etre en bouteilles capsulees...:)

 

 

 
Des gens du quartier, ou amateurs de tango intrigues mangent des empanadas ou de la viande au grill (specialite argentine) serres les uns contre les autres ( surtout apres notre arrivee!). L'ambiance est bon enfant, et des musiciens et chanteurs, qui visiblement forment une grande famille, arrivent plus ou moins regulierement, se font la bise, l'un ou l'autre empoigne une guitarre, voire un tambour ( pour la musique folklorique), ils chantent -fort bien- tour a tour ou a 2/3... Les presents tapent dans les mains, chantent aussi, ecoutent...

  

 

  

 

 

  

 

 
C'est vraiment fou d'etre la, dans cette ambiance vraiment authentique, au milieu de ces gens modestes, habitants de ce quartier desherite aux confins de la ville, dans ce lieu ou l'on chante ainsi depuis les annees 30... Vers 2 h, la plus grosse partie du groupe repart pour l hotel avec les minibus qui nous ont amenes. Je n'ai pas du tout envie de partir : on reste a 4 francaises. Plus tard dans la nuit, nous ne restons plus que deux : il n'ya pratiquement plus que les musiciens, la patronne essaie de fermer, mais on reste tous , et ils font le boeuf, entre eux, tout simplement; il y a des duos de tango qui surgissent spontanement entre des voix superbes, des boleros, du chamame, etc...

  

 

Nous sommes hors du temps...
Vers 5 h et demie, quand meme, il est temps de songer a "emprender la retirada"... mais j'ai promis de revenir, en faisant la bise aux uns et aux autres...

 

Publié dans Tango

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
je passe juste en coup de vent sur ce blog trés sympa :<br /> asado ! asado ! on ne dit PAS viande au grill, la différence contient l'identité culinaire du pays tout entier. Voila c'est tout.<br /> un argentin culinaro-nationaliste.
Répondre
C
Rien qu'à te lire, on a des airs qui nous trottent dans la tête !!!
Répondre
N
tu vas encore avoir des petits yeux : lol<br /> mais c'est sur que ca valait le coup de rester
Répondre