Bravo, la télé!

Publié le par shiva

 

 

       On y consacre souvent plusieurs heures par jour, mais regarder la télévision est habituellement considéré comme légèrement dégradant. On peut avoir passé un bon moment, apprécié une émission, mais on se sent rarement grandi d'avoir "regardé la télé"... Rien à voir avec le fait de lire un ouvrage ou aller au cinéma...

       Pourtant, il y a parfois des exceptions. Des émissions ou des téléfilms qui marquent, et que  l'on est fier d'avoir vu.

"Le procès de Bobigny", passé ce soir sur la 2 est de ceux-là.

 

  

       

Dès que j'avais vu le titre dans mon hebdo télé favori, ça avait fait tilt. Il faut dire que j'ai encore dans ma bibliothèque ce bouquin d'époque :

 

 

et que je me souviens bien de l'ambiance de ces années-là, des luttes pour la légalisation de l'avortement, et, d'une façon qui me prend toujours aux tripes, des angoisses des femmes de ma famille, chaque mois, quand la contraception était quasi inaccessible, et que les grossesses subies pouvaient mener à la mort...

 

 

       Encore aujourd'hui, je ne peux oublier que l'une de mes grand-mères est morte pendant la guerre d'un avortement clandestin qui a mal tourné, et que l'autre avait toujours dans les toilettes une paire d'aiguilles à tricoter, parce qu'élever déjà 7 enfants dans la pauvreté c'était bien suffisant, et que plus, ce n'était pas possible...

       Mon fils, qui grandit au rythme des pubs pour l'utilisation des préservatifs, vient de découvrir avec stupéfaction, lors de notre conversation à l'occasion de ce film, que longtemps, l'avortement a été un crime en France (qu'il l'est encore dans de nombreux pays) et que la contraception n'a été tolérée officiellement qu'à partir de 1967 (loi Neuwirth) dans notre pays...

       

        Alors, bravo pour ce téléfilm qui rappelle à quel point tout ceci est récent - et encore fragile -, à quel point tout ceci était aussi une affaire de classe sociale (les aiguilles à tricoter et autres horreurs, c'était pour les pauvres; les dames "chic" avaient droit aux médecins discrets ou aux voyages en Suisse...), et à quel point le courage et l'héroïsme ne sont pas réservés aux exploits sportifs ou militaires, mais qu'ils peuvent être le fait de femmes toutes simples, qui doivent affronter un quotidien sordide et qui n'hésitent pas à prendre des risques pour faire avancer une cause...

 

       Et je me souviens aussi, dans un registre plus joyeux, mais très militant, d'un film d'Agnès Varda en 1977, sur ce sujet - film dans lequel on découvrait en actrice et chanteuse Valérie Mairesse, oui oui, celle de Ruquier! -

 

 

«S'il y a une lutte racontée dans ce film c'est celle pour la contraception, pour la liberté sexuelle ou corporelle des femmes. Dans l'histoire de cette lutte, le procès de Bobigny -qui a abouti à la loi Simone Veil autorisant la contraception- est plus important que 68.»  (A. Varda)

 

 

 

 

 Et au passage, un coup de chapeau à Simone Veil, femme que je trouve toujours admirable...

 

 

 Pour visionner le film de la 2 . Pour en savoir plus  et  aussi.

PS : vous zavez vu? Mister Woo est (presque) KO! ;-))

Publié dans shiva

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Oui, tu as eu raison d'en parler. Je l'ai moi aussi regardé avec beaucoup d'émotion ce téléfilm. je l'ai trouvé très bien fait et les actrices formidables.<br /> D'accord avec tout ce que tu as dit.  Et le film d'Agnès Varda me replonge dans ma période parisienne, où j'allais au cinéma 4 à 5 fois par semaine !<br /> michèle
Répondre
F
je suis trés heureuse de lire ce genre de commentaire ! pourquoi au 21éme  siécle l'avortement est encore un tabou , ce télé film était superbe et les deux actrices formidables . CRIONS LE !!!!merci
Répondre
S
Je suis bien d'accord qu'il faut rester vigilantes et que ce n'est pas gagné. Le projet de constitution européenne était d'ailleurs inquiétant à ce sujet. :-(( <br /> C'est aussi pourquoi j'ai particulièrement apprécié la diffusion de ce téléfilm.. Les jeunes générations n'ont aucune idée de ce qu'était la France sans contraception ni légalisation de l'avortement, et n'imaginent sans doute pas qu'on pourrait revenir en arrière sur ce deuxième point...<br /> Sinon, Bill, désolée, je n'ai pas trouvé si le film existait en DVD :-( <br />  ( je crois que  je vais devoir chercher un diamant pour mon vieil électrophone, histoire de réécouter le 33 tours de la BO!! :-D)
Répondre
A
Je pense qu'il faut rester vigilantes (vigilants ? ). Certes, ce droit existe toujours dans les textes mais de plus en plus souvent remis en cause. L'obscurentisme est, plus que jamais actif. <br />  
Répondre
B
"L'une chante l'autre pas" est l'un de mes films culte !  mais je ne l'ai pas vu depuis bien longtemps.<br /> Je ne le trouve pas en DVD, Sais tu s'il existe ?
Répondre